Lyon bouffe Marseille, tout cru

Depuis des décennies, Lyon et Marseille se tirent la bourre pour s’accaparer le titre honorifique de « 2e ville de France ». Pourtant, quand un Marseillais débarque à Lyon, il ne lui faut pas très longtemps pour se faire une idée de la réponse. Outre le fait de voir un cantonnier travailler un dimanche en centre-ville (oui, Lyon est propre), la capitale des Gaules est bien loin devant, voici pourquoi, sous l’angle des transports.

Population :
Lors du rencensement de 2010, Lyon comptait 484 344 âmes, quand on dénombrait 850 726 Marseillais. Le Grand Lyon réunit 1 281 971 pour 1 038 940 habitants de MPM.

Réseau de transports :
Le réseau métro-tram-funiculaire des Transports en commun lyonnais (TCL) doit faire face à de multiples obstacles (deux fleuves, des collines), mais il est long de 80 km pour 33 km de métro et de tram, qui se marchent dessus à pour la RTM à Marseille. Pour rappel, Lyon a une superficie de 47 km², 240 km² pour MPM, un peu moins si on enlève les calanques…

Trafic :
TCL (Lyon) : 511 millions de voyageurs, soit 1 400 000 voyages quotidien.
RTM (Marseille) : 159 millions de voyages en 2011.

Prix du ticket :
Lyon : 1,70 euros, 2 euros à bord des bus.
Marseille : 1,50 euros, 1,80 euros à bord des bus.

Métro :
Lyon a inauguré deux lignes en avril 1978, six mois après l’inauguration de la première ligne de Marseille. Aujourd’hui, la comparaison fait mal : les TCL exploitent quatre lignes de métro pour 31,5 km, quand la RTM ne disposent que deux sur une longueur de 21 km.

Amplitude horaire :
Lyon : de 5h00 à 0h20.
Marseille : de 5h00 à 00h30 (en test jusqu’à la fin 2013).

Fréquences :
Lyon : en heure de pointe, il ne faut patienter que 90 secondes entre chaque métro sur la ligne D de Lyon.
Marseille : il faut attendre trois minutes en hiver et cinq en été, en heure de pointe.

Tram :
Les TCL exploite le premier réseau de France avec cinq lignes de tram sur un réseau de 61,8 km. Ses connexions au métro sont facilitées, parfois sur le même quai. A Marseille, la RTM propose un réseau de deux lignes de tram sur 11,5 km, dont une (la T2) se superpose largement au métro.

Amplitude horaire :
Lyon : de 4h40 à 1h00.
Marseille : de 5h25 à 0h40.

Fréquences :
Lyon : un tram toutes les trois minutes en heures de pointe, jusqu’à un quart d’heure tôt le matin et tard le soir, le dimanche et jours fériés.
Marseille : un tram toutes les cinq minutes en heure de pointe. Les Marseillais peuvent patienter jusqu’à 14 minutes les dimanches et jours fériés.

Bus :
Lyon : le réseau lyonnais s’appuie sur 153 lignes de bus dont huit lignes de trolleybus. Depuis 2011, les lignes sont hiérarchisées : lignes majeures, complémentaires, spécifiques et spéciales. Les lignes majeures, à haut niveau de service, circulent sept jours sur sept, de 5h00 à minuit, offrant des fréquences de passage soutenues en semaine de 7h00 à 20h00, avec des fréquences de 8 à 10 minutes, puis 12 minutes après 20h00.
Marseille : la RTM propose 104 lignes de bus aux Marseillais. Le réseau de trolleybus a été abandonné en 2004. Une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) vient d’être mise en place entre Castellane et Luminy, mais elle n’a de haut niveau de service que le nom, les aménagements (arrêts spécifiques, circulation en site propre, priorité aux feux, etc.) ne commenceront que début 2014.

Amplitude horaire de jour :
Lyon : de 5h00 à 21h00. Puis, le réseau Ligne de nuit prend le relais jusqu’à minuit.
Marseille :  de 4h30 à 21h30.  Le réseau fluobus prend le relais jusqu’à 1h00 du matin.

Amplitude horaire de nuit :
Lyon : du vendredi au dimanche, les noctambules lyonnais empruntent quatre lignes de bus qui fonctionnent de minuit à 5h00 du matin.
Marseille :  à partir d’une heure du matin, il n’y a ni bus, ni tram’, ni métro.

Applications smartphones :
Détail qui compte, les TCL proposent une application ergonomique, jolie et efficace sur Android, iPhone, quand la RTM ne propose qu’un site en version mobile.

Vélos en libre-service :
Vélo’v (Lyon) : les lyonnais sont précurseurs en la matière. Ils en ont bénéficié 24h/24, dès 2005. Aujourd’hui, les 347 stations et 4000 vélos maillent Lyon et Villeurbanne. Vélo’v compte 42 000 abonnés actifs.
Le vélo (Marseille) : apparu en octobre 2007, Le Vélo dispose de 130 stations et 1000 vélos réparties sur le centre et le sud de la ville. Les quartiers Nord sont totalement oubliés.  On comptait 5 175 courageux abonnés en 2011. Avant la fin avril 2013, passé minuit, impossible de louer un vélo. Depuis, les Marseillais peuvent enfin les utiliser toute la nuit. Attention, cette mesure est simplement « expérimentale » jusqu’à la fin de l’année. N’allons pas trop vite en besogne. A noter que Marseille a reçu le trophée du « clou rouillé » décerné par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) à la ville la  moins cyclable de France. A noter aussi que MPM se fait régulièrement condamner par le tribunal administratif pour « oubli de pistes cyclables » sur ses nouveaux aménagements. La Canebière, le Vieux-Port et la rue de la République en sont dépourvues.

Conclusion :
Avec un service d’une telle qualité, pas étonnant que les TCL aient été élus meilleur réseau de France par l’UFC-QueChoisir en 2008. Lyon a su tirer profit au maximum de la loi 1966 relative aux communautés urbaines, quand Gaston Deferre la refusait pour des calculs politiciens puisque la plupart des communes autour de Marseille était communistes à l’époque. Faisant cela, il a laissé échapper une manne financière et industrielle qui aurait permis d’accélérer la mutation de Marseille, et notamment de ses transports en commun. Pire, leur déficience accroît les clivages dans une ville où l’on ne mélange plus. Alors qu’à Lyon, la qualité du service permet d’attirer toutes les couches de la population, donc d’offrir une mixité réelle. A Marseille, les transports sont un élément clivant de plus. Les usagers sont en majorité des pauvres, des étudiants et des lycéens. Dès qu’ils le peuvent, les Marseillais préfèrent utiliser un véhicule personnel. D’où pollution, nuisances sonores, incivisme, embouteillages, tram et bus ralentis. Le serpent qui se mord la queue, quoi.

Imaginez Marseille avec quatre lignes de métro, cinq lignes de tram’. Notre quotidien en serait chamboulé, notre qualité de vie largement améliorée. En espérant que la métropole puisse attirer rapidement les capitaux qui manquent pour offrir à l’aire marseillaise une qualité de transports équivalente à celle dont profite les Lyonnais. Pourquoi on n’y aurait pas droit ?

JS

Publicités
Cet article, publié dans Idées d'ailleurs, Transports, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Lyon bouffe Marseille, tout cru

  1. Christel P dit :

    « Les usagers sont en majorité des pauvres, des étudiants et des lycéens »: pas du tout le cas sur la ligne 2. Beaucoup d’actifs utilisent le métro pour se rendre à leur travail et la station de la Joliette est même saturée. Afin de permettre à plus de marseillais de fréquenter le réseau de la RTM, des parking en bout de ligne doivent être aménagés. Vous oubliez dans votre comparatif les bus qui sont très développés à Marseille, mais pas assez fréquent sur certaines lignes.

  2. Christel P dit :

    « Outre le fait de voir un cantonnier consciencieux travailler un dimanche (A Lyon) », je pense avoir déjà vu des cantonniers travailler à Marseille le dimanche (Marché des Arnavaux)… Vous ne parlez pas du Plan de Déplacement Urbain 2013-2023 en cours d’enquête publique http://www.marseille-provence.com/assets/plugins/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/filemanager/files/telechargement/transport/Enquete-publique-PDU/PDU-plaquette-2013-HD.pdf En quoi MPM sera engagé avec ce plan?

    • JS dit :

      Outre les marchés, les cantonniers travaillent en plein centre-ville à Lyon. Heureusement qu’ils passent le dimanche aux marchés des Arnavaux, imaginez si ce n’téait pas le cas.

      Je n’ai pas parlé du PDU 2013-2023, puisque je dresse simplement un état des lieux à un instant T, c’est une simple comparaison entre deux villes de taille sensiblement équivalente qui se disputent le statut de deuxième ville de France.

      Malheureusement, il n’engage MPM que si MPM veut bien s’y engager. Dans un article du 13/12/2012, Marsactu décrit comment MPM n’a pas suivi le PDU de 2006.
      http://www.marsactu.fr/environnement/plan-transports-le-comite-de-suivi-sest-reuni-zero-fois-29716.html

      • Christel P dit :

        Je ne connais pas l’organisation des cantonniers à Marseille, travail le dimanche ou pas, mais votre remarque peut être considérée « cantonnier consciencieux » comme « clivante »…
        Concernant le suivi du nouveau PDU, quels moyens, nous simples citoyens pouvons avoir pour que le nouveau comité de suivi se réunisse et présente des bilans? http://www.marseille-provence.com/thematiques/transports-marseille/plan-de-deplacements-urbains-mpm.html « Le Plan de Déplacements Urbains est un document de planification obligatoire pour les collectivités de plus de 100 000 habitants, en vertu de différents textes de loi qui en précisent le contenu. » J’imagine que les comités de suivi aussi sont obligatoires? L’enquête publique s’est terminé le 17 mai, il serait intéressant de connaître la suite….

  3. Christel P dit :

    Je ne connais pas l’organisation des cantonniers à Marseille, travail le dimanche ou pas, mais votre remarque peut être considérée « cantonnier consciencieux » comme « clivante »…
    Concernant le suivi du nouveau PDU, quels moyens, nous simples citoyens pouvont avoir pour que le nouveau comité de suivi se réunisse et présente des bilans? http://www.marseille-provence.com/thematiques/transports-marseille/plan-de-deplacements-urbains-mpm.html « Le Plan de Déplacements Urbains est un document de planification obligatoire pour les collectivités de plus de 100 000 habitants, en vertu de différents textes de loi qui en précisent le contenu. » J’imagine que les comités de suivi aussi sont obligatoires? L’enquête publique s’est terminé le 17 mai, il serait intéressant de connaître la suite….

  4. reffet dit :

    allez l’OL. quand l’OM gagnait la coupe des champions en 1993 lyon avait du mal et toute la france criait vive marseille et les lyonnais aussi contrairement a ce qu’on entendait dans les bistrots marseillais à l’époque. Le problème profond je pense entre lyon et marseille est que leur dirigeants se tirent la bourre et que cela fait du tort selon moi aux deux villes. pour moi en effet lyon est le new-york français pendant que marseille est le los angeles français et cela a bien des point de vue. Mais en france contrairement aux états-unis paris la capitale ville lumière mets tout le monde d’accord et calme le jeu et c’est mieux comme ca. Allez vive marseille, vive lyon vive paris et vive la france. salit à tous. nicolas R.

  5. LasTaj dit :

    Marseille surclasse largement Lyon, parce que :

    – la ville est passée en dix ans de la 26eme place des villes européennes « globales » à la 21eme, avant Lisbonne, Manchester et Turin.

    – la ville est le deuxième pole de recherche de France aprés Paris
    – Marseille a gagné 70. 000 habitants en cinq ans

    – les villes satellites de Marseille (Aix et Aubagne) sont classées parmi les 5 agglomérations qui créent le plus d’emplois en France

    – Marseille est devenu le 2eme port de croisière d’Europe

    – Marseille est la seule ville d’Europe à compter un parc national sur sa commune (les Calanques)

    – le nombre d’étudiants à Marseille est passé de 40. 000 à 70. 000 en dix ans (sans compter Aix)

    • Jean Rigole dit :

      Vos arguments ne veulent rien dire.
      Ils ne sont pas mis en perspective ni comparés.
      Tapez simplement « dynamisme lyon Marseille » sur Google et tous les articles vous diront que Marseille est à la traine derrière lyon. Meme quand la ville progresse lyon reste devant. Pourquoi? Simplement parce que pour faire grandir une ville il faut de la compétence.
      Marseille est 6e port de croisière de Méditerranée.

    • Marseille Mission Possible dit :

      Je ne sais pas d’où vous tenez vos chiffres…

      – Pour le classement des villes, Lyon est classée devant Marseille, selon Le GaWC, (Réseau d’étude sur la mondialisation et les villes mondiales), de l’université de Loughborough (Royaume-Uni).

      – La population marseillaise stagne, elle a gagné… 120 habitants entre 2007 et 2012.

      – Vous parlez d’Aix et Aubagne, mais contrairement à Lyon qui a su faire sa métropole dès 1966 et s’imposer en tant que capitale régionale, à Marseille ça a été la guéguerre avec les villes qui l’entourent. Heureusement, la métropole va remettre les choses dans le bon ordre, espérons-le.

      – Comme l’a dit Jean Rigole, Marseille est le 6e port de croisière européen, pas le 2e.

      – OK pour le Parc, même s’il a l’originalité de se voir déverser les égouts de la ville et les boues rouges de l’usine d’alumine Alteo de Gardanne. On a connu mieux en matière environnementale.

      – Les étudiants sont 60000, dont 30000 à Aix. http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Atlas_2012-2013/23/0/Provence-Alpes-Cote_d_Azur_316230.pdf

      Au niveau économique, transports, culture, accessibilité, durabilité et sociologie. Marseille la devance sur la météo (ça on ne pourra jamais nous l’enlever), prix de l’immobilier et cadre de vie (heureusement que ces études ne prennent pas en compte la propreté).

  6. Jean Rigole dit :

    Pour progresser il faut avant tout chose savoir regarder la réalité en face et se remettre en cause. voilà le problème numero 1 de Marseille qui fait que cette ville est à la traine.

  7. Mia-B dit :

    Je suis lyonnaise, la semaine et marseillaise certains week-ends et vacances. De mon point de vue, au sens pratique, Lyon est beaucoup plus avancé que Marseille. Mais c’est parce que la ville a procedé à une grande organisation ! Il est difficile à admettre ceci, mais la ville de Lyon a comme « écarté » la majorité des citées/quartiers assez chaud(e)s, en matière d’habitation (ex: Vault-en-Velin; les Minguettes), mais garde tout autant une mixité majeure dans la vie quotidienne au sein de la ville. Quant à Marseille, on peut y trouver ces quartiers en plein milieu. C’est une vérité assez rude à accepter pour Lyon, mais, d’un avis personnel, c’est la source de ce « stagnement » pour la ville de Marseille.

  8. GOUIN cHRISTINE dit :

    ET bien moi je peux vous dire qu’après de nombreuses années à Marseille j’ai hâte de retourner à Lyon: la mentalité ici est absolumment « imbuvable »: les marseillais ne sont pas si chaleureux que çà(les commerçants sont la plupart désagréables et on a l’impression de ls déranger…),ici tout est fait dans la médiocrité et le laissez-aller que ce soit de la part des particuliers que des institutions(mairies, MPM, RTM,…..) le soleil n’est pas tout et moi avec la pollution ambiante..j’étouffe et regrette le climat lyonnais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s